Description de la technologie des systèmes de prévention de la croissance marine Cathelco

Nos systèmes de prévention de la croissance marine (MGPS) Cathelco, également connus sous le nom de systèmes antisalissure, sont généralement constitués de paires d’anodes en cuivre et en aluminium. On monte ces dernières dans des coffres de prise d’eau ou dans des crépines, puis on les relie à un panneau de contrôle.

Lorsque la tuyauterie est en cupronickel, une anode en fer remplace l’anode en aluminium.Une fois activée, l’anode de cuivre produit des ions que le flux d’eau de mer disperse. Dans cet environnement, les balanes et les moules ne se déposeront pas et ne se multiplieront pas. En très faible concentration, soit environ deux parties par milliard, les ions de cuivre mettent un terme à la séquence de sédimentation des larves de moules et de balanes.

Ainsi, au lieu d’adhérer à la surface des coffres de prise d’eau, des crépines et de la tuyauterie, les larves traversent sans danger le système d’eau de refroidissement et en ressortent par le point de rejet.

Sans protection antisalissure, les tuyaux peuvent se couvrir d’organismes vivants, créant un engorgement susceptible de réduire l’efficacité du système de refroidissement par l’eau de mer.

Un système à double action

L’action des ions de cuivre est renforcée par l’hydroxyde d’aluminium, lui-même créé par les anodes d’aluminium en floculant le cuivre libéré par les anodes de cuivre. Ce floc d’hydroxyde d’aluminium et de cuivre, très gélatineux, se déplace dans tout le système et se répand en grande partie dans les zones lentes, près de la surface des conduits, là où les larves marines sont les plus susceptibles de se fixer.

Les larves sont donc directement évacuées, et en même temps, une pellicule de cupro-aluminium s’accumule sur les surfaces internes des conduits pour supprimer la corrosion. De cette façon, le système procure une protection de la tuyauterie d’eau de mer à la fois contre l’encrassement biologique et contre la corrosion.

Anodes montées sur crépine ou coffre de prise d’eau

Lorsqu’on installe un système pendant la construction d’un navire, on monte généralement les anodes dans les prises d’eau à l’aide de manchons spéciaux ou de fixations à bride. Par contre, si un système doit être rénové avant la mise en cale sèche prévue, les anodes peuvent être montées dans les crépines d’eau de mer. Le processus de remplacement est donc plus simple lorsqu’il faut renouveler les anodes.

Exceptionnellement, si on installe le système Cathelco pour remplacer l’équipement antisalissure à base de produits chimiques existants, on peut monter les anodes dans les cuves de traitement (à l’électrolyse) en utilisant la tuyauterie existante afin de réduire les coûts d’installation.

Options et caractéristiques du MGPS de Cathelco

  • Tuyauterie en acier protégée par des anodes en cuivre et en aluminium ;
  • Tuyauterie en cupronickel protégée par des anodes ferreuses ;
  • Anodes montées sur le coffre de prise d’eau, généralement installées lors de la construction du navire et remplacées en cale sèche ;
  • Anodes montées sur la crépine et qui peuvent être remplacées lorsque le navire est au port ;
  • Cuves d’électrolyse qui peuvent remplacer les systèmes chimiques ou servir dans des applications spécialisées où le montage d’un coffre de prise d’eau ou d’une crépine n’est pas possible ;
  • Système écologique sans produits chimiques qui fonctionne généralement avec des concentrations de cuivre de seulement deux parties par milliard.

Image ci-dessus : installations d’anodes de coffre de prise d’eau

Image ci-dessus : anodes montées sur crépine

Encrassement biologique et corrosion

Il existe deux conditions dans lesquelles la corrosion peut s’accélérer. La première est la présence d’encrassement biologique sur une surface métallique, qui entraîne une diminution de la concentration d’oxygène sous la couche d’encrassement. Cette zone devient anodique lorsqu’elle est exposée à de l’eau de mer oxygénée, entraînant une corrosion par piqûres sous l’encrassement. La deuxième est, tout simplement, la présence de bactéries. Par exemple, il est bien connu que les bactéries sulfatoréductrices et les bactéries ferreuses sont des microorganismes dont l’activité biologique ou les sous-produits métaboliques provoquent la corrosion. Or, ces bactéries vivent dans des zones à faible concentration en oxygène, par exemple sous une couche d’organismes d’encrassement aérobiques ou dans de l’eau désaérée comme celle que l’on trouve dans les réservoirs de stockage de pétrole et dans l’eau de crue des puits. Ainsi, lorsque l’encrassement est bien contrôlé, on peut réduire considérablement la corrosion par piqûres et par crevasses.

La plupart des systèmes de prévention de la croissance marine Cathelco fonctionnent à double action : ils éliminent l’encrassement biologique et empêchent la formation de corrosion. Lorsque la tuyauterie est en acier, on utilise des anodes en aluminium pour empêcher la formation de corrosion. Lorsqu’elle est en cupronickel, on la protège par des anodes ferreuses. Une fois ces anodes installées, la formation de corrosion va presque jusqu’à disparaître, ce qui se traduit inexorablement par une plus longue durée de vie de la tuyauterie ainsi que des autres équipements reliés au réseau d’eau de mer.

Cuves d’électrolyse antisalissure

La tuyauterie de ces cuves d’électrolyse montées sur pont distribue l’eau de mer dosée aux pompes ou aux coffres de prise d’eau. Elle transporte les ions de cuivre à travers le système de tuyauterie d’eau de mer, éliminant ainsi les engorgements causés par les balanes et les moules. On peut relier ses mécanismes de contrôle aux valves d’entrée ou aux pompes pour réguler automatiquement le dosage entre les cuves d’électrolyse en service et celles qui sont hors service. Les unités sont spécifiquement conçues pour chaque application et viennent sous forme de modules clés en main montés sur patins et prêts à être installés.